Flûte Traversière

« Parce qu’animée par le souffle, émanation profonde de l’homme, la flûte charge ses sons
de ce qui est en nous d’à la fois viscéral et cosmique« 
(André Jolivet, compositeur)

Au temps de la Préhistoire en os, lorsqu’elle servait à la chasse, la flûte serait apparue en Chine puis en Occident au Moyen-âge, en bois. C’est pourquoi elle fait partie de la famille des bois, alors qu’aujourd’hui on la trouve principalement en maillechort argenté (pour les flûtes d’études), en argent ou en or (pour les flûtes semi-professionnelles et professionnelles), ou même, plus rarement, en platine ou cristal. La flûte est constituée de 3 morceaux, nommés la tête, le corps et la patte d’ut. L’instrumentiste émet un filet d’air qu’il dirige sur le biseau du trou de l’embouchure. La mise en vibration de la colonne d’air contenue dans le tuyau de la flûte produit un son. Les doigts appuient sur des clés pour varier les notes.
Contrairement à la flûte à bec, la flûte se joue sur la droite et horizontalement d’où son nom de flûte traversière.
La flûte possède un grand répertoire de musique, s’étendant de l’époque de la Renaissance au 20ème siècle. Elle est utilisée dans beaucoup de styles de musique: Classique, Contemporain, Jazz (par exemple les flûtistes Michel Edelin, Dave Valentin), Variété (par exemple le solo de flûte dans « Paris s’éveille » de Jacques Dutronc), Musique latine (par exemple dans la Charanga), Pop-Rock…
Elle est souvent associée à des pouvoirs magiques, (par exemple dans l’Opéra de Mozart « La flûte enchantée »), ou utilisée pour représenter l’air, la nature, la voix (comme chez le compositeur Taïra) à cause de l’utilisation du souffle et de sa sonorité, ou encore l’oiseau grâce à son agilité, sa facilité à éxécuter des groupes de notes rapides et à soutenir des sons élevés (par exemple « l’oiseau » dans « Pierre et le loup » de Prokoviev).

flute_traversiere

Haut de page